Quelle combinaison de plongée choisir ?

Quelle combinaison de plongée choisir en fonction de votre lieu de plongée ?

combinaison de plongée

Dans cet article, nous allons voir quelles sont les combinaisons de plongée existantes et où sont-elles généralement utilisées.

À quoi peut bien servir une combinaison de plongée ?

Protection thermique

Comme expliqué dans l’article « Manger avant de plonger ?« , notre corps à une température avoisinant les 37° et différents phénomènes nous font perdre cette température corporelle.

Une des fonctions principales d’une combinaison de plongée, est de garder le plus longtemps possible, une température corporelle la plus proche de celle du corps.
Il est, par conséquent, important d’avoir une combinaison adaptée aux situations de plongée que l’on va rencontrer.

Protection contre l’environnement

Une autre raison de porter une combinaison est de se protéger de l’environnement sous-marin.
Il paraît évident, pour tous plongeurs, que l’on peut faire des rencontres plus ou moins sympathique sous l’eau, en fonction de l’interaction que l’on a avec elles. Prenons, par exemple, de belles méduses, des magnifiques poissons Lions, des coraux de feu ou même des coquillages ouverts. Sans protection et même en faisant très attention, vous n’êtes pas à l’abri de vous faire piquer, couper, mordre ou bruler par un animal sous-marin.

Les scaphandriers modernes, appelés plus communément des plongeurs commerciaux, ont quelques fois des plongées à réaliser dans des environnements plus que dangereux ou pollués tel que des eaux usées, des eaux chargées en déchets de toutes sortes ou encore dans des eaux radio-actives.
Par conséquent, ces plongeurs ont l’obligation de se protéger de l’environnement dans lequel ils évoluent.

Plongeur commercial

Quelles sont les types de combinaisons existantes ?

Il existe une multitude de combinaisons de plongée et toutes ont leurs spécificités et des avantages.
Regardons de plus près quelles sont-elles

Les combinaisons « humides »

Faites de néoprène entre 1 et 8 mm, elles ont la particularité de laisser pénétrer l’eau à l’intérieur de la combinaison, par le cou, les manches, les jambes et pas la ou les fermetures éclaires.

Leur épaisseur est à adapter en fonction de la température environnementale (hors de l’eau et sous l’eau) et naturellement de votre susceptibilité au froid.

Leur épaisseur et leur couverture corporelle leur confère une utilisation dans des environnements chauds, tempérés ou frais (>10°).

  • Les shorty
    Généralement entre 1 et 3 mm, les shorty ne protègent qu’une partie de votre corps et sont, par conséquent, utilisées dans un environnement plutôt chaud (>25°) et pour une exposition limitée.
  • Les mono-pièce intégrale
    D’une grande variété d’épaisseur, elles sont certainement les plus répandues dans le monde de la plongée récréative. Elle peut également se porter avec une 2e couche supplémentaire au niveau du torse afin d’augmenter la protection thermique.
    En d’autres termes, elle protège une très grande partie de votre corps, ne laissant apparaître que le cou et la tête, si celle-ci n’a pas de cagoule attenante, les mains et les pieds.
    Elle offre ainsi une meilleure protection thermique et physique aux plongeurs ayant une interaction trop proche et involontaire avec des espèces plus ou moins dangereuses ou contre le froid.
  • Les combinaisons deux-pièces, appelées aussi « salopettes »
    Idem que les mono-pièces sauf que celle-ci se décompose en 2 parties.
    La première partie, en forme de salopette, offre une protection des jambes et le torse du plongeur.
    La deuxième partie, protège les bras et renforce la protection du torse du plongeur en augmentant sont épaisseur (double couche). Généralement, elle aura également une cagoule attenante et offrira une protection au niveau du cou et de la tête.

Les combinaisons « semi-étanches » / « semi-humide »

Ce type de combinaison se porte généralement dans un environnement tempéré ou frais (> 10°).

  • La combinaison semi-étanche
    Faites de néoprène entre 5 et 7 mm, elles ont la particularité de freiner la pénétration de l’eau à l’intérieur de la combinaison. Munies d’un manchon néoprène au niveau du cou, des manches, des jambes et ont une fermeture éclaire totalement étanche. Par conséquent, elles offrent une meilleure protection thermique à épaisseur de néoprène équivalente et un lestage moindre.
    Peuvent avoir une cagoule attenante, protégeant ainsi le cou et la tête par la même occasion.
    Placée à l’arrière ou à l’avant, la fermeture éclaire est totalement étanche.
  • La combinaison semi-humide
    Idem que la combinaison semi-étanche, sauf qu’elle ne possède pas de fermeture éclaire étanche. Placée à l’avant et verticalement, une grande partie de l’eau pénètrera par là et aura une efficacité thermique moins importante.

L’épaisseur de ces 2 combinaisons est à adapter en fonction de votre susceptibilité au froid.

Les combinaisons « étanches »

Combinaison étanche

Faites en néoprène de 5 à 8 mm, en néoprène compressé de 2 à 5 mm, en tri-laminé, en caoutchouc, en kevlar ou un mixte de tri-laminé et de néoprène, compressé ou non, elles offrent toutes la particularité de ne pas laisser pénétrer l’eau à l’intérieur de la combinaison.
Enfin, pas volontairement.
Elles donnent une protection thermique à toute épreuve.

Munies d’une fermeture éclaire totalement étanche, frontale, dorsale, horizontale ou en diagonale, de manchons en néoprène, en latex ou en silicone, elles intègrent maintenant, toutes des bottillons.
Ont, de moins en moins, également une cagoule attenante, ce qui ne laisse apparaître que les mains.

Ce type de combinaison se porte généralement, mais pas obligatoirement, avec des habits thermiques comme sous-vêtements. Seules les combinaisons en tri-laminé devront obligatoirement avoir des habits thermiques en dessous.
Naturellement, l’épaisseur du néoprène est à choisir en fonction de votre habilité au froid.

Elles se différencient des combinaisons semi-étanches grâce à leur valve d’expiration de l’air. Celle-ci généralement placée sur l’épaule gauche.
Leur valve admission d’air est placée sur le torse, au niveau de la poitrine.

Ce type de combinaison s’utilise principalement dans un environnement froid, tempéré ou avec de grande exposition sous-marine.

Les lycra

Combinaison en lycra

Utilisés quasiment exclusivement dans un environnement chaud, les lycra existent en une ou deux pièces.
Parfois également porté en dessous d’une combinaison semi-étanche ou semi-humide, ils permettent de mieux enfiler la combinaison.
En effet, la combinaison va glisser plus facilement qu’à même la peau.

Idéal contre les UV lors de randonnées palmées, ces lycra n’offrent qu’une très faible protection thermique et physique.

Comment la combinaison de plongée garde la chaleur corporelle ?

Combinaison humide, semi-étanche ou semi-humide

L’eau pénétrant dans la combinaison du plongeur est réchauffée par celui-ci. Porter une combinaison bien adaptée, ni trop large, ni trop serrée, l’eau se refroidira moins vite l’eau et gardera le plongeur à une température agréable.

En revanche, si la combinaison est trop large, elle laissera, par conséquent, passer de l’eau plus fraiche.
Le corps va sans arrêt répéter le processus de réchauffement.
Ce processus prend beaucoup d’énergie à votre corps et il finira par s’épuiser. En d’autres termes, la température corporelle va chuter rapidement.

Porter une combinaison trop serrée, altérera la circulation sanguine et empêchera une bonne alimentation en oxygène des extrémités du corps. En d’autres termes, les extrémités des membres se refroidiront plus rapidement et une sensation de froid va s’installer plus rapidement.

Combinaison étanche

Le principe d’une combinaison étanche est justement de ne pas laisser pénétrer l’eau à l’intérieur de la combinaison. Si elle n’est pas en tri-laminé, le matériau de la combinaison fera rempart à l’eau froide. Cela aura pour effet de garder plus longtemps une température agréable. Cependant, afin de garder une très bonne température corporelle, il sera souvent nécessaire d’avoir des habits thermiques comme sous-vêtements.
Parfois des éléments chauffants sont même nécessaire si la température de l’eau est très froide.

Avec ses 3 couches de nylon tressé, la combinaison en tri-laminé n’est pas un bon isolateur thermique. Par conséquent, il sera nécessaire de porter des sous-vêtements chauds avec ce type de combinaison.

Quelles sont les critères à considérer pour le choix de sa combinaison de plongée ?

On pense souvent à la température de l’eau pour choisir sa combinaison et c’est bien normal, mais ce n’est pas suffisant.
Souvent, j’entends dire les plongeurs que la température de l’eau est à x°, mais est-elle identique à différente profondeur ?

  • La thermocline
    Vous connaissez certainement le phénomène appelé Thermocline. Ce phénomène est un abaissement, de plusieurs degrés, de la température de l’eau. Elle peut se trouver à quelques mètres de la surface.
    C’est donc un phénomène à prendre en considération.
  • La baisse de température en profondeur
    La turbidité de l’eau freinera la lumière du soleil et ne réchauffera pas l’eau en profondeur. Par conséquent, la température sera moins importante au fur et à mesure que la profondeur augmente.
    La température de l’eau à la profondeur à laquelle va évoluer le plongeur est donc plus importante que la température de surface.
  • Les plongées successives
    Si vous faites souvent des plongées successives, alors il faut aussi compter que votre corps s’épuise en énergie et que vous aurez de plus en plus froid rapidement.
    Notez également que remettre une combinaison mouillée, non seulement ce n’est pas très agréable mais augmentera le travail de réchauffement de votre corps.
  • La température extérieure
    Sortir de plongée sous une latitude moins clémente que celle des tropiques, n’est pas toujours des plus agréables, surtout en plein hiver ou dans des lacs de montagne.
    En plus, si vous compter faire une plongée successive avec des températures extérieures fraiches, même si l’eau est plus chaude que l’air, la plongée s’annonce mal au niveau du froid corporelle.
  • Votre morphologie
    Vous êtes plutôt musclé(e), c’est une bonne chose. En effet, ce sont les muscles qui génèrent majoritairement la chaleur.
    Vous êtes plutôt bien portant(e), pour une fois, c’est un avantage. En effet, les tissus adipeux sont bénéfique pour garder la chaleur corporelle.
    En revanche, vous êtes plutôt sec est longiligne, alors c’est un critère à prendre en considération pour le choix d’une combinaison.
  • Votre sexe
    Je ne parle pas de sa taille mais bien si vous êtes un homme ou une femme. Tout le monde sait que les femmes ont généralement plus vite froid que les hommes. C’est naturelle et physiologique.
    Là aussi, généralement, les femmes ont une masse musculaire moins importante que celle des hommes ce qui ne permet pas de bien réchauffer leur corps.
  • L’activité sous l’eau
    Si vous êtes photographe sous-marin, moniteur de plongée ou autre, cela demande parfois de rester longtemps au même endroit sans une grande activité physique. C’est alors que ce critère est à prendre en considération.

En conclusion

Si vous cherchez une combinaison unique pour tous les environnements, elle n’existe pas. En revanche, celle qui s’en rapproche le plus est sans doute une combinaison 5 mm en néoprène.

En effet, vous pourrez évoluer dans un environnement chaud et tempéré sans grande difficulté (>18°) avec une simple mono-pièce en néoprène. Lorsque vous voudrez évoluer dans un environnement plus froid, ajoutez une sur-veste, ce qui augmentera l’épaisseur de néoprène sur le torse, les épaules et les cuisses.
Cette solution augmente l’isolation thermique et vous permettra de rester plus longtemps en immersion ou de plonger dans environnement plus froid (>10°).

En d’autres termes, si vous voulez avoir la meilleure isolation thermique et physique en fonction de vos environnements de plongées et de vos activités sous-marines, il vous faudra acheter plusieurs combinaisons.

N’oubliez pas de me laisser vos commentaires ou expériences de plongeuse/plongeur.

Quelle combinaison de plongée choisir ?

À propos de l'auteur

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email